Trois mois à l’école des orpailleurs

Trois mois maintenant que j’ai plaqué le CDI. Trois mois que je guéris de ce mode de vie beaucoup trop rapide et trop peu moi. Une décision mûrie pendant longtemps que je n’aurais pas été capable de prendre sans les conseils avisés et le soutien de nombreuses personnes. Aujourd’hui, je commence à avoir suffisamment de recul pour apprécier justement cette décision et prendre la mesure de ce qu’elle m’apporte au quotidien. Depuis le premier juillet, j’explore et j’expérimente, je rencontre des gens et je fais connaissance avec moi-même.

Je m’accorde du temps et du répit. Ca sonne comme une convalescence et on n’en est peut-être pas loin. J’ai suivi pendant des années les sentiers tout tracés que le société avait prévu pour moi, sans me poser de questions. En arrivant chez NEST’up, j’ai appris à remettre en question le monde du travail, j’ai découvert d’autres modes de vie et de pensée que le salariat à tout prix. Je me suis laissée bercer par ce vent de liberté pendant deux ans et demi avant de me laisser emporter par lui. En rencontrant dans cet écosystème des personnes riches d’avis différents, ouvertes d’esprit et un poil contestataires, des effluves de mai 68 sont venues étoffer mes envies de changement. Parallèlement, j’ai découvert des modes d’éducation alternatives comme l’école en famille et j’ai trouvé dans ces modèles une réponse à la frustration qui m’habite depuis l’atterrissage douloureux qu’a été la fin de mes études supérieures. J’ai lu Albert Jacquard et certains paragraphes résonnent encore dans mon esprit comme si je les avais écrits moi-même. Depuis ce printemps, je fais aussi pousser mes légumes. Le goût des récoltes vaut toute la sueur que demande le travail de la terre. J’ai le sentiment de gagner ma vie, sans intermédiaire, juste en me mettant au service du sol et en mangeant ce qu’il m’offre.

"It'a hard life. But It's real. And every little thing means a lot" - Sandra

« It’a hard life. But It’s real. And every little thing means a lot » >> Sandra hosting us in her eco-campsite in the scottish Higlands

J’ai appris à ralentir, à vivre, à voir la lenteur de la nature et le contraste terrifiant que lui oppose l’allure irréfrénée de l’Homme. Durant ces trois mois, j’ai passé beaucoup de temps à voyager, à réfléchir et à me pencher sur mes envies profondes et sur la direction que j’allais bien pouvoir donner à ma vie, maintenant que j’étais complètement libre.

J’ai participé au Déclic Tour et j’en retire énormément de bienfaits durables. J’en retire aussi un projet tout frais qui sent bon le bois de récupération. J’en retire une aventure de plus et surtout, j’en retiens le Pourquoi qui m’anime, si simple et basique mais si évident une fois émergé. Pendant trois mois, j’ai aussi trouvé des réponses là où je ne les attendais pas. J’ai appris à ouvrir les yeux et à tendre l’oreille, à être attentive aux choses, phrases, images, mots, rencontres, paysages, blagues, situations qui résonnaient en moi et me procuraient un sentiment de justesse. J’ai été à l’écoute du monde qui m’entoure et je continue à épingler tous ces petits trésors. Je les garde comme si ces éléments de réponse étaient rares et précieux. Or, bien qu’ils soient précieux, ils sont constamment présents autour de nous.
Quand j’y repense, tout ce qui m’a un jour fait me sentir à ma place finit enfin par s’imbriquer pour former un tout clair et cohérent et toute l’insécurité de ma situation ne peut pas rivaliser avec la paix intérieure que ce sentiment procure. Je pense sincèrement que ces indices à la découverte de soi sont à la portée de tous, pour autant qu’on s’offre le plus beau cadeau qu’on puisse se faire: de l’honnêteté envers soi-même et le courage d’y donner suite.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Trois mois à l’école des orpailleurs »

  1. Bravo Aurélie ! Le pouvoir du moment présent. Mon chemin personnel mais pas tout à faire similaire, mais c’est le retour à la terre et aux valeurs vraies et simple qui me guident chaque jours. le Yoga est pour ma part, un des outils qui j’utilise dans de cette quête de paix intérieurs… Vivre chaque journée, respirer, et profiter ! belle continuation à toi.

    J'aime

  2. Ping : Ce « OH SHIT  moment | «Visions d'Auré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s