Vendredi merde au monde

Ce jour est arrivé, celui qui chaque semaine rétablit l’équilibre. Il est 19h, j’ai relevé le courrier, ouvert une porte, une deuxième. Posé les clefs. Mai-son. On est vendredi soir et j’ai repoussé toutes les propositions de sorties. Sur la route, le soleil couchant me donnait envie de voir du monde en terrasse, autour d’un verre. Mais j’ai l’avantage de vivre avec moi-même depuis 24 ans et de savoir ce dont j’ai besoin. Mes pantoufles et une soirée à moi toute seule.

J’écris ces lignes pendant que la pizza maison se dore à la chaleur du four. Une playlist appelée sans grande inspiration « good mood! » résonne dans le séjour (je ne suis pas sûre d’assumer mes goûts musicaux, soyez indulgents). Je me demande comment va bien pouvoir se conclure cet article commencé sur une unique pensée probablement inspirée par cet article lu en vitesse avant de quitter le boulot.

Là où certains diront que je suis une petite joueuse, je répondrai que je suis plutôt fière d’avoir appris à dire non au monde et à écouter mon corps et ma tête, mis à rude épreuve tous les autres jours. Les pieds serrés dans des chaussures fermées, parfois perchés sur des talons qui me bousillent chevilles, le cerveau mis sous pression, les poumons oxygénés par de l’air conditionné et les yeux condamnés à une multitude d’écrans, un manque de sommeil et une carence flagrante en soleil. Pauvre petit. Il mérite bien une soirée pantoufles, des vêtements amples, un verre de vin, une pizza, le tome 1 d’Outlander ou quelques pas de danse devant la Wii.

meerkat-459171_1280

C’est donc sans complexe que je crie haut et fort que cette soirée marmite-à-pression est de loin la meilleure de la semaine. Celle qui remet les compteurs à zéro et rééquilibre la tendance workaholic que je n’ai pas réfrénée les jours précédents.

Il y a toujours plus à faire, un sol à nettoyer, un abonnement à la salle de sport à rentabiliser, un jeu de société sur lequel avancer, un festival à préparer, des mails à envoyer, de la famille à visiter, des potes à contacter, un amoureux à voir, un ciné à rattraper, une recette à tenter, une farde à dessins à rouvrir, des photos à trier, des cadres à mettre au mur (au moins avant de déménager). Mais tout ça attendra bien demain.

Là, c’est ma soirée et j’emmerde le monde.

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Vendredi merde au monde »

  1. Ping : La question à 700 millions€ | Visions d'Auré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s