Contrôlée positive

Comme les quelque 30 000 jeunes diplômés en 2013, je cherche un job. Autant dire que c’est pas facile. Surtout dans une branche ou les gens sautent sur les rares offres d’emploi comme des censored loups affamés. Toujours est-il que, cette année, on sert de cobayes à une nouvelle législation en matière d’emploi (ou plutôt de chômage) chez les jeunes.

Tout jeune en stage d’insertion -et qui ne perçoit donc pas encore d’allocation- sera contrôlé aux 7ème et 11ème mois de son stage. Il lui faudra deux évaluation positives pour prétendre aux allocations d’insertion (non, pas encore de chômage) au terme de son stage d’insertion.

Telle est, en gros, la grande nouveauté de l’ONEM. C’est donc, encore une fois, l’occasion de pondre un « J’ai testé pour vous ». Convocation en bonne et due forme. Se pointer à l’heure, il paraît que sinon, on ne vous reçoit pas. J’ai donc poireauté 30 minutes en salle d’attente parce que même si eux ont du retard, moi je ne peux pas les envoyer bouler. « Les chômeurs n’ont rien d’autre à faire de toute façon ». Facile. Bref, la jeune dame me passe en revue toute la nouvelle législation, j’avais envie de lui lâcher un petit: « Abrège, récupère ton retard, je connais déjà tout là dessus, hier j’ai eu le porte-parole de l’ONEM au téléphone pour une interview. » Mais c’était sans savoir qu’après allaient s’ensuivre une série de questions aussi absurdes les unes que les autres. « On va vérifier vos coordonnées » Oui, bon, si je suis là, c’est parce que ma convocation est arrivée à la bonne adresse, non? « De quel diplôme disposez-vous? » J’ai déjà répondu à tout ça auprès de ma conseillère Forem qui complète mon dossier à chaque visite là-bas. Tu es en mesure de me citer tous les jours où j’ai travaillé mais pas de consulter un dossier pondu par ma gentille conseillère? Bon ok, on va tout reprendre. Je suis diplômée en journalisme et communication. Dans quelle branche je cherche? Attends, je réfléchis. Journalisme et communication, peut-être. Évidemment, face à la  procédure, on fait bonne figure et on répond à tout sans broncher.

DSC_0746« Vous avez un ordinateur? » Oui. « Avec la connexion internet? » Euh WTF? Oui, j’avais presque oublié qu’un ordinateur pouvait servir de calculatrice et à jouer au solitaire. « Le permis? » Oui. « La voiture? » Oui. Je marque des points, ça se voit. « Suivi des formations ou prévu d’en suivre? » Non mais des cours du soir à l’IEPS. Elle se détend. « Vous avez un CV, une lettre de motivation? » Ah, je ne savais pas qu’on pouvait trouver un job sans ça… Elle les photocopiera. Bien. Cet entretien devient vraiment intéressant! « On va regarder vos candidatures. » Spontanées ou en réponse à une offre et à quelle date. Voilà tout ce qui comptait. J’ai aussi deux postulations avant la fin de mes études. « Oui mais ça, c’est hors période, ça ne compte pas. » Ah ok. Pardon d’activer ma recherche d’emploi avant même d’entamer mon stage d’insertion, petite erreur de stratégie…

Au final, je ne suis pas un cas trop compliqué. Contrôlée positive. C’est déjà ça. Rendez-vous dans quatre mois. Ou pas. En attendant, elle a été forcée de trouver quelque chose à redire. (Ca doit être parce que l’ONEM fait passer cette chasse aux sorcières pour de l’accompagnement personnalisé). Elle me conseille d’avoir plus de contacts avec le Forem. Je vais donc devoir appeler moi-même ma gentille conseillère qui « ne peut rien faire pour vous, vous êtes tout à fait autonome dans votre recherche d’emploi. Je ne peux pas vous apporter grand-chose. On se reverra dans trois mois, avant, c’est inutile. Je vais mettre dans votre dossier que vous êtes très autonome ». Bon, faudra se mettre d’accord. Enfin, il me reste une solution: aller rendre visite à la maison de l’emploi, consulter le mur à offres d’emploi où rien ne me concerne et pointer ma carte JobPass dans la machine pour faire un coucou informatique à l’ONEM.

Je retiendrai quand même la conclusion de cet entretien: « Point fort: Madame dispose d’un CV et d’une lettre de motivation ». Amen. Allez, une dernière anecdote: vous pouvez signer ici: « Le chômeur ». Oui, on peut pinailler. Vu que je n’ai actuellement droit à aucune allocation, on pourrait revoir l’intitulé de ma personne. Mais ce Monsieur a raison: « qu’on arrête de faire croire aux jeunes qu’ils peuvent avoir des allocs sans rien faire ». Fini les allocs et au travail. Super! Hého! Y’a quelqu’un? Qui m’engage? Mais comme dirait la chanson, « ne partons pas fâchés, ça n’en vaut pas la peine, tu sais ». Finissons en beauté sur une petite note d’humour serré.

> Et si vous pensez que j’exagère peut-être, je vous renvoie vers le blog d’Amélie Deconninck car il semble que l’ONEM inspire bien du monde!

Advertisements

2 réflexions au sujet de « Contrôlée positive »

  1. Ping : 7 mois de recherche d’emploi… une aventure! | Jeune journaliste, je me fais l'interprète de la curiosité publique

  2. Ping : I’m a NEST’up girl | Visions d'Auré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s