Mémoire à Paris. #3

 « Elle est chaude ? » « Vous parlez de l’assiette ? ». Rire. Il fait bon dîner chez Madame Pascale. Le menu hamburger du mercredi a tenu ses promesses. Et on a eu nos cookies ! Une adresse à retenir à Paris ? Celle-là ! Impossible de finir nos plats. Mais un vrai régal.

image

Ambiance sieste dans la chambre à dix minutes du départ pour le prochain rendez-vous. Oui, le ticket de stationnement arrive à échéance et un PV, c’est suffisant. D’ailleurs à ce propos, les horodateurs ne sont pas tous cachés… Parfois ils sont bien visibles et hors service. Mais comme vous partez une heure à l’avance, vous arrivez une heure à l’avance et vous avez le temps d’en essayer trois. Rouler à Paris, c’est un peu comme jouer à la roulette russe. On démarre et puis tout ce qui suit est impossible à prévoir.

Comme il est difficile d’imaginer qu’il va falloir boutonner un intervenant à peine sorti du lit. Si si. Et bien d’autres choses encore mais ça doit être du off et puis on a un peu de scrupules quand même… L’important dans tout ça, c’est qu’il y avait un ascenseur et qu’on était à l’heure, pour une fois. Important aussi, on a fait trois interviews sur six. La moitié. Et plus qu’une fois dîner chez Pascale, à moins qu’on craque vendredi. Affaire à suivre car aujourd’hui, c’est le pantalon qui a failli craquer.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s