Parlez-moi Jeunesse! Au coeur d’une simulation parlementaire

Simu quoi? Simulation Parlementaire. Le principe est simple. Pendant une semaine, le Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles prend congé. Et une bande d’une centaine de jeunes de 17 à 26 ans remplace tous les absents. Un président, des ministres, une poignée de journalistes, des députés et un taux d’absentéisme au plus bas… 

(c) Photo: Michel Dvorak

Une immersion d’une semaine au coeur du fonctionnement de la démocratie à la belge (c’est-à-dire basée sur un nombre incroyable d’institutions). Apprendre à en connaître une, c’est peut être se rapprocher de son rôle citoyen, c’est aussi s’informer pour mieux comprendre certains mécanismes politiques, tels que le vote d’un décret à l’échelle communautaire. 

Au terme de la semaine, il faut en effet avoir découvert, amendé et voté quatre décrets. Autant dire que le programme est chargé. Mais ça ne dure qu’une semaine alors ça vaut la peine se se donner à fond. Ca, c’est la tâche des députés, des commissions réunies autour des quatre projets de décrets, eux-même rédigés par des ministres. Mais les petits journalistes mentionnés au premier paragraphe alors? Et bien, immersion pour eux-aussi avec un peu plus de libertés mais des journées bien plus chargées. Suivre les affaires du jour, les débats en commission jusqu’à minuit, le vote des amendements et des décrets, suivre les délégations étrangères, comme le Québec qui a envoyé cinq représentants. Une fois la journée des députés finie, tout le petit monde rentre en rang, enfin en troupeau plus ou moins ordonné, jusqu’à l’hôtel. Mais les journalistes foncent directement en salle de rédaction. Un appart’ rien qu’à nous, un accès à internet, quels privilégiés! Sauf que… La députation se retrouve à danser et chanter à tue tête sur Michel Telo pendant que dix courageux doivent boucler d’édition du lendemain. Le Parlement Jeunesse (#PJ2012 pour les intimes), ça n’a pas été que de la rigolade. Le jour où on a atteint nos limites, on a simplement rédigé un horoscope à faire pâlir de jalousie plusieurs madames Soleil. Mais le reste, c’était du bon boulot. Sérieux la plupart du temps, pertinent, la parole accordée aux députés, pas seulement aux fonctions à responsabilité, du contenu qui alimente le débat, des chocoprinces à 3h du matin pour survivre (Oups, ignorez cette dernière phrase). J’aurais aimé linker certains articles parus dans l’Écho Parlementaire durant cette semaine intense mais malheureusement, tout est sur papier. Et internet, la presse en ligne alors? Et bien, pas encore de webmaster à l’horizon au PJ… “Vous rentrez à l’hôtel?” “Oui il est déjà 3h du matin, demain le réveil sonne à 7h” “Ha zut, nous on sort seulement, on vient de boucler le journal” “Ok, on vous suit mais seulement pour un verre alors »

(c) Photo: Sarah Hannoun

Et c’est ainsi qu’on se retrouve à dormir 15h sur une semaine. « Je me suis couché tellement tard et me suis levé tellement tôt que je me suis croisé dans l’escalier », dit la célèbre formule. Mais peu importe. Il faut être au taquet, écouter, prendre des notes, rédiger, corriger, publier, distribuer. Une réunion de crise à minuit en commission Justice? Pas de problème, on s’y colle. Besoin de portraits photos à 4h du matin? Tant pis pour nos têtes. On assume (assure?). Oh! Va pour les deux. Le lectorat est au rendez-vous, les retours sont plus que positifs. Envie de remettre ça en 2013? Pas de bol, stage en même temps. 2014? We’ll see.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s